Vous êtes sur FR Site. Pays: FR

Fermer le sélecteur de pays
Blog>Actualités>5 tendances du secteur de l’expertise comptable en 2020

5 tendances du secteur de l’expertise comptable en 2020

20/12/2019

Par

2020 n’est pas qu’une nouvelle année. C’est une nouvelle décennie qui commence. Voici quelques tendances qui devraient façonner le quotidien de nombreux experts-comptables.

Au cours de la dernière décennie, le secteur de l’expertise comptable a commencé à évoluer au-delà de toutes les attentes. Si nous respectons toujours les mêmes principes comptables de base, la technologie et l’automatisation ont commencé à avoir un impact significatif.

Aujourd’hui, les experts-comptables sont augmentés par les technologies et ils augmentent ces technologiques, un cercle vertueux qui concerne des individus toujours plus nombreux.

Au lieu de passer de longues heures à saisir des factures ou à traiter la boite à chaussures, il s’agit désormais d’accompagner les entrepreneurs dans les évolutions positives et négatives de leur entreprise et en particulier, toutes les fois où ils passent des nuits blanches ou s’inquiètent de leur trésorerie.

Voici quelques tendances pour l’avenir du secteur de l’expertise comptable en 2020.

1/ Le nombre d’applications en forte croissance

Chaque jour qui passe semble venir avec sa nouvelle technologie, ses nouveaux flux de travail, sa nouvelle solution à déballer ou presque.

En 2019, le nombre de partenaires présents au congrès n’a jamais été aussi élevé et de nouvelles applications et fonctionnalités apparaissent sans cesse.

La bonne application ou combinaison d’applications peut avoir un impact gigantesque sur le développement d’un cabinet d’expertise comptable.

Ainsi, les applications ou combinaisons d’applications permettent de renforcer la relation client ou de développer le cabinet grâce à des données obtenues et transmises dans un temps plus proche du temps-réel. 

À l’international, les experts-comptables et leurs collaborateurs jonglent avec des applications toujours plus nombreuses, au point de perdre parfois du temps.

Il faut donc rester simple dans le choix de ses applications et surtout, s’assurer qu’elles puissent se connecter à ses outils préexistants.

Les entreprises qui simplifient la vie de leurs clients sont celles qui arrivent à sortir du lot. Sans surprise, une bonne intégration entre les applications est la clé de la réussite.

Receipt Bank s’intègre avec de nombreuses autres applications, certaines d’entre elles pouvant grandement simplifier la comptabilité des plus petites entreprises. Shine.fr et Qonto.fr, deux néo-banques qui proposent une carte bleue et une application dédiée, en sont des exemples.

Ce type d’application avec carte bleue permet à l’entrepreneur de gérer ses dépenses professionnelles au plus juste.

Des plateformes telles que MyCompanyFiles et Welyb peuvent aider à connecter diverses applications, parfois aux logiciels métiers du cabinet. Le client qui ne voit alors que la plateforme avec le logo du cabinet.

En 2020, nous pensons que le fait d’en faire moins permettra en réalité d’aller plus loin. La plupart des applications sont matures pour les tâches de base et les systèmes trop complexes ne doivent pas perdurer. Il faudra investir du temps et de l’argent pour être sûr que chaque application sélectionnée permette :

  • d’apporter de la valeur au cabinet et à ses clients ;
  • de s’intègrer à toutes les autres technologies du cabinet.

2/ L’émergence de nouveaux spécialistes

La technologie change les règles du jeu. Sous réserve des contraintes budgétaires, tous les cabinets d’expertise comptable ont accès aux mêmes outils technologiques. Ces éléments, ajoutés à la tendance économique des petites firmes innovantes et disruptives, accroît le potentiel de création de petits et moyens cabinets spécialisés.

De plus en plus souvent, le client souhaite travailler avec un professionnel qui comprend ses problématiques quotidiennes et l’accompagne régulièrement. Le professionnel se doit alors de bien connaître le secteur d’activité. Il doit pouvoir les challenger au quotidien dans la gestion de leur entreprise, partager son expérience, parler leur langage et ainsi, les aider à se développer.

La stratégie de niche est tout à fait adaptée à ces nouvelles exigences des clients. Elle permet à l’expert-comptable et à son cabinet de se concentrer sur quelques secteurs d’activités.

Dès lors que le cabinet d’expertise comptable adopte sa propre niche, il : 

  • se démarque de ses concurrents ;
  • aide ses clients et prospects à le trouver ;
  • donne au professionnel le statut d’expert et non de comptable aux yeux des clients.

Enfin, cerise sur le gâteau, ce marketing de l’offre peut même faciliter la transformation du cabinet.

Avec elle, les petits et moyens cabinets ne sont plus en concurrence avec les très grands cabinets. À l’inverse, plus agiles, plus spécialisés et avec des services potentiellement mieux adaptés à leurs clients, le cabinet se développe.

3/ L’émergence de nouveaux cabinets : nouvelle organisation interne et nouvelles missions

En cas de création ex-nihilo, l’objectif est de plus en plus souvent de s’orienter vers une niche, d’adresser une typologie particulière de clients. Là encore, c’est souvent une réussite.

Cette réussite est alors due à une toute nouvelle organisation du cabinet qui n’a plus rien à voir avec celle du cabinet traditionnel. Les tâches sont automatisées au maximum, les pièces justificatives sont envoyées dans les délais par les clients etc. Tout est organisé pour gagner du temps ! Et avec ces changements d’organisation, de nouveaux métiers apparaissent, comme celui de référent digital. Leur rôle prend de plus en plus d’importance pour accompagner le déploiement des nouveaux outils au sein des cabinets.

En 2020, cette tendance devrait encore s’accélérer avec les jeunes experts-comptables qui arrivent sur le marché. Ils envoient des clients vers leurs confrères lorsqu’ils ne peuvent pas répondre à tous leurs besoins, parfois en faisant appel à d’autres professions.

Pour la prochaine décennie, on peut même imaginer une interprofessionnalité facilitée par les technologies. Les technologies des professionnels du droit se connecteraient à celles des professionnels du chiffre et inversement.

4/ La concentration du marché de l’expertise comptable traditionnelle

La concentration du marché de l’expertise comptable traditionnelle n’est pas une nouveauté. De nombreux cabinets sont régulièrement acquis après un départ à la retraite ou simplement dans le cadre d’une stratégie d’expansion, d’un grand cabinet.

Parfois, l’expert-comptable cède son cabinet pour simplement tout recommencer. C’est rare, mais cela permet d’assurer à la fois la pérennité du cabinet traditionnel et l’avenir de l’expert-comptable, plus agile lorsqu’il est seul.

Les jeunes professionnels créent leurs cabinets ex-nihilo ou achètent un cabinet en modifiant peu à peu les modes de production, les technologies utilisées etc. L’expérience montre qu’ils s’en sortent généralement plutôt bien, avec peu de déperdition de clientèle.

Cette concentration n’est pourtant pas forcément une fatalité pour les petits et moyens cabinets. Bien au contraire. Ils pourraient même avoir intérêt à surfer sur la vague, à se regrouper pour créer leurs propres outils, leurs propres services.

5/ La suite de la transformation digitale : vers l’émergence de la blockchain

La blockchain est une technologie qui fait beaucoup parler d’elle. Elle promet de nombreux cas d’usages en agriculture, mais aussi et surtout en finance et en comptabilité.

En 2019, le Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables mettait en place la blockchain des diplômes d’expertise comptable, pour lutter contre les faux diplômes. Ce n’est qu’un début.

La capacité de la blockchain à sécuriser les transactions et à les rendre infalsifiable permet d’assurer la pérennité des enregistrements.

Au-delà de cet aspect, on peut d’ores et déjà imaginer le potentiel de la blockchain à améliorer la situation de la profession comptable en réduisant les coûts de tenue de comptabilité et en réconciliant automatiquement les grands livres fournisseurs et clients par exemple.

Mieux, un « smart contract » pourrait même servir à automatiser tout le processus d’audit sur ces transactions.

Selon l’ICAEW, le normalisateur anglo-saxon qui prône cette vision du grand-livre partagé, la blockchain permet même d’avoir la certitude de la propriété d’un actif et l’intégralité de son historique.

En 2020, seuls les cabinets les plus innovants pourront s’orienter vers ce type de technologies. Pour les autres, il s’agira de pratiquer une veille constante et de s’intéresser aux cas d’usages. Parmi ceux qui apparaissent régulièrement, il y en aura probablement pour intéresser les cabinets.

En France, la profession de notaire a déjà ses propres mineurs et s’oriente vers différents cas d’usages pour l’ensemble de la profession. Pourquoi pas les experts-comptables ?

Les grands cabinets d’audit se sont aussi intéressés à la question, y voyant probablement un futur avantage concurrentiel.

C’est désormais à vous de jouer !

Receipt Bank Pop Up Image

Découvrez les fonctionnalités de Receipt Bank

Je m'inscris au webinaire

Discutez avec un conseiller en transition digitale

Je demande à être rappelé
Trustpilot